East of the Wall - NP-Complete

#1

Originally published at: http://www.eklektik-rock.com/2019/04/east-of-the-wall-np-complete/



East of The Wall et moi, c’est une assez longue histoire. Il y a 15 ans, j’interviewais les membres de The Postman Syndrome pour Eklektik Rock, à l’époque c’était un tout petit groupe amateur du New Jersey dont le premier album m’avait particulièrement touché. On retrouve dans East of The Wall plusieurs members de ce groupe qui n’aura malheureusement pas vécu longtemps, les guitaristes Matt Lupo et Chris Alfano qui sont vraisemblablement le cœur du groupe et donnent son identité à leur musique. Cela fait 15 ans qu’ils sortent des albums de façon sporadique avec différentes formations, il y aura eu Day Without Dawn après The Postman Syndrome puis East of The Wall dont c’est déjà le 4ème album.

Leur musique a évolué au fil des albums, et des formations, beaucoup de membres vinrent et partirent, mais reste malgré tout immédiatement reconnaissable et j’y retourne comme auprès d’un vieil ami avec qui partager des anecdotes de jeunesse comme des nouvelles du moment.

East of The Wall est une formation de rock progressif, avec des musiciens émérites, qui propose une musique au carrefour entre le prog des 70s et le metal/hardcore/sludge des années 2000. Entre King Crimson et Neurosis si on veut, ce qui les rapproche un peu d’un groupe comme Intronaut, mais également d’outsiders du metal prog des 90s comme Thought Industry.

Ce nouvel album arrive après 6 ans d’absence et les voit adopter un ton toujours aussi mature qui contraste avec la légèreté des noms de morceaux. Le groupe ne se prend pas au sérieux mais s’applique toujours à composer des titres fignolés, pullulant de riffs, aux signatures rythmiques complexes, avec de petites touches uniques, une pointe de trompette, un rythme jazz, et en générales des fractures au sein de morceaux s’étirant souvent en longueur. Le terme pop est tout sauf approprié pour leur musique, mais le nouveau chanteur/guitariste qui les avait rejoins sur l’album précédent apporte tout de meme assez de douceur avec un registre rock quasi grunge, et la musique du groupe s’est sensiblement adoucie, les passages mathcore étant rares, mais pas absents. Tout comme les râles bestiaux de Matt Lupo, rares mais toujours aussi bien placés.

Comme à chaque album du groupe, j’ai été rapidement conquis par ce NP-Complete. Passé les quelques écoutes nécessaires pour assimiler une musique aussi étoffée, j’ai été happé par cet album qui restera certainement parmi mes préférés de l’année. J’adore particulièrement le dernier morceau « Non-Functional Harmony » que voilà :